Jeûne

C’est quoi le jeûne ?

Il s’agit d’une abstinence complète ou partielle de l’alimentation. Contrairement à certaines idées reçues, notre organisme est fait pour jeûner. Il s’agit d’une des plus anciennes méthodes d’auto-guérison. Le jeûne est avant tout un moyen de détoxifier son corps, son organisme. Le système digestif  se repose et les autres organes se purgent. On peut rapprocher l’idée de jeûne à celle de « faire un grand ménage ». 

Il existe deux types de jeûne, on parle de jeûne hydrique lorsqu’ il n’y a aucun apport calorique, seule l’eau est permise. A l’inverse, on parle  d’un jeûne sec lorsque ni nourriture, ni eau ne sont ingérés. 

Comment ça marche ? 

Lors du jeûne, un processus interne se met en route pour nous apporter de l’énergie. Le corps puise dans les protéines jusqu’au troisième jour, par la suite, il produit directement de l’énergie à partir de ses réserves de graisse. Ces réserves permettent la fabrication de l’adénosine-triphosphate ou ATP, la molécule clef de l’énergétique cellulaire. Des hormones sont alors produites, comme la leptine (modérant la satiété) et trois neurotransmetteurs : la dopamine (influe sur le comportement), l’adrénaline (influe sur l’état de stress ou l’activité physique) ) et la noradrénaline, cousine de l’adrénaline. Ces dernières ont des effets stimulants, elles permettent de se sentir bien, motivé, concentré, dynamique. 

Quel jeûne est le mieux adapté ? 

Lors d’un jeûne thérapeutique sur plus de 8 jours, il est indispensable d’être suivi par un médecin, afin d’évaluer les contre-indications, de faire un suivi et d’adapter la pratique à chacun. 

Il existe différentes formes de jeûne, parmi elles, le jeûne intermittent, adapté à l’entretien de notre santé. Il a des effets positifs pour les maladies liées aux problèmes inflammatoires ou au surpoids.

Il consiste à faire des jeûnes séquentiels de courtes durées, de quatorze à seize heures, en sautant un repas.  

Ce jeûne hebdomadaire intermittent n’est pas assez fréquent pour permettre une réelle régénération de l’organisme. C’est à partir de deux jours de jeûne par semaine que l’on peut constater de véritables bénéfices sur la santé.  

Le jeûne hydrique ou de cure de jus , de cinq à sept jours, permet à l’organisme de faire un grand nettoyage. Si les organes ne sont pas trop encrassés, ce jeûne est très efficace sur les maladies d’élimination. Dans le cas contraire, il est nécessaire de répéter plusieurs jeûnes d’une semaine au cours de l’année..

Le jeûne hydrique de dix à vingt jours permet de restaurer les organes abîmés, on parle de “réparation organique”. Les maladies d’élimination régressent et disparaissent, des troubles immunitaires peuvent aussi s’atténuer. 

Au-delà de trois semaines, jeûner permet l’amélioration de problèmes d’origine émotionnelle tels que certains cas d’obésité ou de maladies auto-immunes. La fréquence et la durée sont à adapter selon la dégénérescence et l’état de l’organisme. 

Le jeûne sec va permettre d’accélérer le processus de régénération du corps. En 24H, le corps va se mettre en thermogénèse et en lipolyse pour brûler les graisses et désencrasser l’organisme.

Ceux qui pratiquent régulièrement ce jeûne sec préconisent la règle des 1-3-7 : Pascal Gouvernet, auteur de Reconnexion & régénération,  nous invite à faire un jeûne sec de 24H par semaine, puis sur 1 des semaines, passer à 3 jours consécutifs. Et une fois dans l’année, faire 7 jours consécutifs de jeûne sec.

A savoir, lors d’un jeûne, il est important de ne pas immobiliser son corps, il est préférable d’être en mouvement et de pratiquer une activité physique régulière adaptée: marche , Qi Gong, Yoga. Enfin, lorsqu’on sort d’un jeûne, il faut veiller à la manière de se réalimenter en se tournant vers une nourriture saine et en intégrant peu à peu les féculents, les légumineuses, et les protéines animales. 

Dans quels cas est-il conseillé de jeûner? 

De manière générale, le jeûne est profitable à la réduction  de grands nombres de troubles  liés à des excès : stress, alimentation, etc. Cette thérapie est anti-inflammatoire, l’inflammation est un acteur majeur de pathologies comme la dépression, les troubles cardio-vasculaires, l’hypertension artérielle, l’obésité et les allergies. 

Il existe toutefois des effets secondaires lorsque nous pratiquons le jeûne, surtout la première fois. Lors de la phase de détoxination,  il peut provoquer de la fatigue, des crampes ou des maux de tête. Ces effets au bout de quelques heures vont disparaître dès que notre corps passera en phase d’ élimination.