Burn-out

C’est quoi le burn-out ?

Le burn-out est un état d’épuisement physique et émotionnel lié à un état de stress trop intense sur une période prolongée souvent lié au travail. Celui-ci peut provoquer de la dépression et de l’anxiété. Il ne s’agit pas d’une maladie mentale mais d’un ensemble de symptômes : épuisement émotionnel, physique et psychique, développement d’une attitude cynique dans le cadre du travail, dévalorisation de soi, l’impression de ne plus être à la hauteur. Une grande fatigue se fait ressentir, elle ne disparaît pas pendant les périodes de repos, week-end et vacances. Il ne faut toutefois pas considérer une fatigue passagère au travail comme un syndrome de burn out, celui-ci résulte d’un écart entre un individu et une situation de travail dégradée.

Plusieurs facteurs peuvent être à l’origine du burn-out : subir une pression, être surchargé de travail, être peu récompensé ou reconnu, recevoir des demandes contradictoires, se voir imposer des objectifs peu clairs, manque d’équité, conflits de valeurs, subir une insécurité de son emploi, avoir des troubles du sommeil et des oublis. 

Il est important que l’entreprise veille au bien-être de ses salariés, ils ne doivent pas être surchargés de travail, ni mis en porte-à-faux vis-à-vis des valeurs de l’entreprise. Le fait de travailler en équipe et favoriser les liens sociaux permettent un meilleur environnement de travail.

Quels effets sur la santé ?

Le burn-out peut se manifester de plusieurs manières sur notre corps, notre esprit. Ces manifestations peuvent être d’ordre :

  • Physique  : une fatigue généralisée, des maux de tête, des tensions musculaires, des troubles du sommeil, une aggravation ou rechute de maladies (psoriasis, eczéma, etc), des infections à répétition ou chroniques, des palpitations, des maladies cardiovasculaires (hypertension artérielle, infarctus notamment), troubles alimentaires (anorexie/ boulimie, repas irréguliers, troubles ostéo articulaires, troubles sexuels.
  • Émotionnel : un sentiment de vide, d’impuissance, une perte de confiance en soi, un état d’esprit pessimiste, un désengagement, une perte de joie de vivre, des peurs, des angoisses, des idées noires,des pensées suicidaire, une rumination mentale au sujet du travail, des collègues,un sentiment d’impuissance,un sentiment d’inutilité, de vide.
  • Comportemental :  repli sur soi-même, isolement, agressivité, impulsivité, baisse de l’empathie, problème de concentration, difficulté dans la prise de décisions, une altération de la qualité du travail, incapacité à réfléchir, perte de mémoire, attitude négative, absentéisme, abus de substances (alcool, cigarettes, drogues, somnifères, anxiolytiques, etc), augmentation du temps de travail, tendance à laisser le travail envahir sa vie, négliger sa vie privée. 

Y a-t-il des individus plus à risque que d’autres ? 

Tous les individus peuvent être sujet au burn-out, quel que soit leur métier ou secteur d’activité. En général, ce sont les individus les plus engagés, ceux qui cherchent à se dépasser et qui privilégient la performance au détriment de leur santé, de leur bien-être.  

Comment se guérir d’un burn-out ? 

Dans un premier temps, il est essentiel de communiquer avec l’entreprise dans laquelle on travaille. Il est recommandé de s’entretenir avec cette dernière afin de faire un point sur les difficultés rencontrées afin de prévenir un épuisement professionnel.  

Des méthodes peuvent apporter leurs bénéfices à la prévention comme à la guérison du symptôme d’épuisement professionnel : 

  • La relaxation et la méditation : permettent de réduire le stress et l’anxiété. Il est possible d’avoir recours à des techniques telles que la sophrologie, le reiki,le Qi Qong et de pratiquer des exercices de respiration ( cohérence cardiaque ou pranayama). 
  • La psychologie positive (la méthode Coué) et la PNL (Programmation Neuro-Linguistique) : plusieurs exercices sont recommandés, l’un consiste à se rappeler avant le coucher, trois bons moments de la journée, se souvenir des détails et des émotions éprouvées. Cet exercice permet de reprogrammer le cerveau sur des pensées positives. L’autre exercice : sourire ! Se forcer à sourire 60 secondes envoie une information à notre cerveau, celle-ci provoque une baisse de production du stress ( Cortisol) et une augmentation de la bonne humeur ( Dopamine).  
  • L’activité physique : réduit le stress. Il est préférable de choisir une activité en fonction de ses préférences :  exercices à pratiquer chez soi ou à l’extérieur, sport collectif, individuel, etc.
  • Une alimentation équilibrée : on ne le répètera jamais assez mais une alimentation équilibrée est essentielle au bon fonctionnement du corps et de l’esprit ! Elle permet de nourrir profondément les cellules, d’aider l’organisme à se défendre et à se battre et retrouver de l’énergie. La consultation d’un naturopathe vous permettra d’équilibrer au plus juste votre alimentation.
  • Les médicaments : un traitement médicamenteux peut être prescrit par un médecin pour traiter un burn-out mais n’est pas systématique. Accompagné d’une thérapie, il  est uniquement prescrit dans les cas les plus graves.

Un suivi médical est nécessaire pour diagnostiquer le burn-out. 

Plusieurs étapes sont nécessaires au bon rétablissement de l’individu porteur du syndrome de burn-out. Dans un premier temps le repos. Il est indispensable pour enclencher le processus de guérison.

La seconde phase est la reconstruction identitaire, cela passe par une thérapie, l’accompagnement à un nouveau projet professionnel et enfin, l’aide à la reprise du travail avec un médecin du travail. Les modalités de prise en charge et de traitement sont évaluées au cas par cas, selon la gravité des symptômes.